Le discours de son Altesse Sheikh Tamim Bin Hamad Al Thani , Emir du Qatar

"Nous sommes ouverts au dialogue pour régler les problèmes en suspens", a déclaré son Altesse Sheikh Tamim Bin Hamad Al Thani , Emir du Qatar exigeant toutefois que le règlement se fasse dans «le respect de la souveraineté» des États.

article image
Son Altesse l'émir du Qatar Sheikh Tamim Bin Hamad Al-Thani

 

 Doha 21-07-2017

Au Nom d’ Allah le tout miséricordieux

Chers citoyens

 

Je vous adresse ce discours à l'occasion des circonstances actuelles. 

Nous sommes tous touchés par la solidarité, qui  régne  durant cette épreuve, et qui a déçu tous ceux qui ont misé sur le contraire,  ne connaissant pas la nature de notre société ni de notre peuple.

Comme vous le constatez ,  dans notre pays tout se passe naturellement, depuis le début du blocus.

Le peuple Qatarien n’a épargné aucun effort pour défendre la souveraineté et l’indépendance du pays.

Je tiens à signaler avec fierté, que notre peuple a fait preuve d’un excellent niveau de sagesse face à la propagande, à la provocation et au blocus.

 Notre peuple a su créer une harmonie entre sa position inconditionnelle et sa générosité qui fait partie de la personnalité qatarienne, et nous avons vu à tel point le monde a été impressionné par la sagesse du peuple qatarien durant toute cette période malgré la provocation inédite et le blocus.

Notre peuple a pu réussir d’une manière remarquable cette épreuve, car nous avons prouvé qu’il existe des règles, des principes et des traditions dont le respect s'impose, même en périodes de désaccords et de conflits.

Je saisis cette occasion pour vous demander de continuer sur le même chemin, et de ne pas tomber dans le piège qui ne correspond nullement à nos principes et à nos valeurs.

Grace à sa conscience politique et son bon sens, le peuple qatarien a compris la gravité de la propagande menée contre son pays et les objectifs du blocus imposé.

 Le peuple du qatar a parfaitement saisi les tentatives de placer notre pays sous tutelle, et le risque de se soumettre aux discours des menaces et des diktats menés contre notre pays.

Tout le monde a compris que cette campagne ainsi que les étapes qui l’ont suivi, ont été étudié bien à l’avance.

 Les planificateurs ont porté atteinte à la souveraineté du Qatar, en publiant des faux propos, visant à brouiller l’opinion publique et les pays du monde, afin de réaliser des objectifs précis. Ils ont procédé ainsi , tout en ignorant que le peuples du monde n 'acceptent pas l 'injustice aussi facilement et quíl existe des limites aux propagandes.

C' est ce qui a fait que les pays arabes et les pays occidentaux qui respectent leurs opinions publiques soit qu'ils se sont mis à notre coté, soit qu' ils n’ont pas soutenu les pays du blocus malgré tout le chantage et les étreintes.

Les pays qui ont mené cette propagande ont misé sur l’impact de l’accusation du terrorisme en occident, et sur les sentiments de quelques forces racistes marginales dans les sociétés occidentales.

Cependant, ils se sont rendus compte que ces sociétés, comme nous d’ailleurs, n’acceptent pas l’accusation du terrorisme seulement sur la base d’un désaccord politique, ou pour la dégradation de l’image d’un autre pays envue de l’isoler de la scène internationale.

Ce comportement, à part le fait qu’il est injuste, il porte préjudice à la guerre contre le terrorisme.

Les institutions occidentales politiques, civiles et médiatiques refusent, comme nous d’ailleurs, les diktats, et cela s’est montré clairement via la réaction internationale face aux demandes que quelques uns ont essayé de nous imposer, notamment, la volonté de contrôler nos relations étrangères, de limiter l’indépendance de notre politique, de fermer des supports médiatiques, et de diriger la liberté d’expression dans notre pays.

Nous savons qu’il y' a des désaccords avec quelques pays du conseil de coopération des pays du golfe concernant la politique étrangère menée par l’état du Qatar, et de notre coté nous ne sommes pas d’accord avec la politique étrangère de certains pays membres du conseil, notamment celle concernant les attentes des peuples arabes, la distinction entre la résistance légale de l’occupation et le terrorisme, et d’autres sujets.

De notre part, nous n’essayons pas d’imposer notre avis sur quiconque, et  nous estimons que ces désaccords ne peuvent nuire à nos relations, car il y' a beaucoup de points communs qui nous ont aidé à créer cette institution.

Des pays frères ont cru qu’ils vivaient seuls dans ce monde, et que l’argent pouvait tout acheter, ce qui est totalement faux , car beaucoup de pays et d’institutions leur ont fait rappeler qu’ils ne sont pas seuls dans ce monde, et que beaucoup d’autres pays ne préfèrent pas le profit instantané sur le principe et l’intérêt durable.

Ces personnes ont tenté de toucher deux principes, pour lesquels l’humanité entière avait fait des sacrifices envue de les maintenir. En l’occurrence, le principe de la souveraineté et celui de la liberté de l’expression et du libre accès à l’information.

Qatar a pu franchir le monopole de l’information, grâce à sa révolution médiatique, il est inconcevable de revenir en arrière, étant donné que cette révolution est désormais un exploit de tous les peuples arabes.

Nous étions profondément attristés en voyant la prise de position de certains pays, qui insistent sur la diffamation contre l’état Qatar, en essayant de dénoncer politiquement notre pays en occident. Ce qui est malhonnête ,sachant que ces allégations sont injustes et tentent de porter atteinte à un pays frère.

Je me demande, est ce que nous n’essayons pas d’éduquer nos enfants et leur faire savoir que les mensonges et les accusations infondées représentent de graves vices ? Est-ce que la diffamation et l’atteinte à la réputation ne sont pas des crimes condamnables par la loi partout dans les pays développés?

 

Chers Citoyens,

L’état du Qatar lutte contre le terrorisme sans relâche et sans compromis, et la société internationale reconnait le rôle que joue Qatar dans ce sens.

Le Qatar déploie ces efforts, non pas par souci de satisfaction, mais parce qu’il considère le terrorisme qui se définit comme une attaque contre des civiles innocents pour des objectifs politiques, est un crime odieux contre l’humanité, aussi parce que le Qatar pense que le terrorisme porte prejudice aux peuples arabes à l' islam et aux musulmans.

Sans minimiser le fléau du terrorisme, il ne faudrait pas ignorer les autres calamités, car nous voyons que le monde entier, y compris notre région, souffre des problèmes de pauvreté, de tyrannie, d’occupation... Etc. Ces différentes  peines nécessitent un traitement, alors qu’elles sont parmi les plus importantes sources du terrorisme.

Mes sœurs et frères,

Je ne veux pas sous-estimer le degré de la peine et la souffrance causé par le blocus, et  j’espère que ce comportement prendra fin, pour donner lieu aux discussions et aux négociations, car le blocus a affecté l’image de tous les pays du conseil des pays du golfe .

Il est temps de mettre fin aux souffrances des peuples causés par des désaccords entre les gouvernements. les pays qui ont demandé aux citoyens qatariens de quitter leurs territoires séparant ainsi les membres d’une même famille, et exigeant a leurs citoyens d’abandonner leurs activités et leurs familles, et de quitter le Qatar, ont insistés à suivre cette attitude, qui viole la loi internationale ainsi que toutes les valeurs humanitaires à travers le monde.

Comme vous pouvez le constater, nous n’avons pas réagi de la même manière, nous avons laisse  aux citoyens des pays du blocus de prendre le libre choix de décider de rester ou bien de quitter le Qatar.

Malgré ses mesures, le peuple qatarien a su tirer profit de cette conjoncture.

Cette crise a pérmis a la société qatarienne de découvrir ses valeures humaines, ainsi que ses points de forces, en l’occurrence, sa solidarité, sa volonté et son ambition. 

Le gouvernement et toutes les institutions de l’état ont réagi rapidement, en assurant tous les besoins des citoyens et résidents , qui n’ont senti aucune différence dans leur vie quotidienne. Ces compétences techniques, administratives, politiques et médiatiques qui ont su gérer la conjoncture , peuvent bâtir l’édifice de notre indépendance économique et assurer notre sécurité et consolider nos relations bilatérales avec les autres pays du monde.

Nous sommes tous invités à ouvrir les portes de notre économie à l’initiative  et à l’investissement pour produire nos propres aliments, nos médicaments, diversifier les sources de nos revenus, garantir notre indépendance économique dans le cadre des relations bilatérales  et de coopération avec les autres pays, dans la région et le monde entier, et ce sur la base des intérêts communs et  du  respect mutuel.

Aussi, nous sommes invités à développer nos institutions d’enseignement, de recherche et des médias, ainsi que les sources de notre puissance sur le plan international, en interaction avec les meilleurs compétences qatariennes, arabes et étrangères, sans oublier bien sûr de coopérer avec les résidents sur notre terre, qui travaillent, produisent et vivent avec nous, et qui nous ont soutenu tout au long de cette crise.

J’ai toujours proposé de suivre une politique économique ouverte sur l’investissement et la diversification des sources de revenu, mais dans cette conjoncture, cela n’est plus un choix mais une obligation qui n’accepte pas de complaisance, et c’est une responsabilité,  que nous devons tous assumer,  gouvernement et hommes d’affaires.

Cette crise nous a permis de connaitre les lacunes et les défauts qui empêchent l’identification de la personnalité nationale indépendante du Qatar dans le domaine  politique, économique, et prendre la décision de surmonter ses obstacles.

Je m’adresse à vous alors que nous passons cette épreuve avec dignité, pour dire que le Qatar a besoin de vous afin de bâtir son économie et garantir sa sécurité.

Nous avons besoin de jurisprudence, de créativité, de pensée indépendante, de bonnes initiatives ainsi que de donner de l’importance à l’éducation dans toutes les spécialités, et ce en se basant sur notre autonomie et lutter contre la paresse et la dépendance. Tout cela n' est pas un rêve, car nos objectives sont réalistes et opérationnels.

 

La conjoncture par laquelle passe le Qatar en ce moment est une période très importante concernant les occasions, non seulement dans le développement mais pour combler les lacunes et corriger les erreurs. Comme vous  le savez nous ne craignons pas de reconnaitre nos défauts et de les ajuster.

Le gouvernement  a demandé de  déployer tous les efforts afin de réaliser cette vision, y compris l’ouverture économique nécessaire et la suppression de tous les obstacles face à l’investissement . Aussi l’interdiction du monopole afin de fortifier l’économie nationale, et investir dans le développement surtout le développement humain.

Le gouvernement a demandé de réserver le revenu des nouvelles découvertes du gaz pour investir  dans le bien des prochaines générations.

Aussi le gouvernement a donné ses directives de travailler sur la scène internationale pour approfondir la coopération bilatérale et signer des contrats entre le Qatar et les autres pays.

Chers Citoyens,

Nous apprécions profondément les efforts de médiation deployés par Son Altesse Sheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jabir al-Sabah, l’Emir de l’état du Kuweit, et que le Qatar a soutenu depuis le début de la crise.

Je saisis cette occasion pour présenter, encore une fois, mes remerciements pour tout ce qu’il a fait et fait toujours, et nous espérons que ses efforts réussissent.

Aussi nous apprécions le soutien américain pour cette médiation ainsi que les positions constructives de l’Allemagne, la France, la Grande Bretagne, de toute l’Europe et de la Russie.

Je tiens également à saluer le rôle majeur de la Turquie, qui a approuvé rapidement le contrat de coopération stratégique, signé et mis en œuvre entre les deux pays.  Et la remercier pour sa réaction immédiate, afin de garantir les besoins des marchés du Qatar, aussi je remercie tous ceux qui ont ouvert leurs zones aériennes et maritimes, quand les frères ont fermé leurs frontières. 

Nous sommes ouverts sur la discussion afin de trouver des solutions pour les problèmes, et cela n’est pas seulement bénéfique pour nos états et nos peuples, mais aussi pour épargner les efforts absurdes déployés par des états contre les frères sur la scène internationale, tout en espérant que ces efforts soient investis dans le bien de la nation. 

Toute solution pour cette crise devra prendre en considération deux principes : premièrement le respect du  cadre de la souveraineté de chaque pays et de sa volonté,  deuxièmement, qu’elle ne soit pas imposée d’un cote, mais être sous la forme d’engagements mutuels.

Nous sommes prêts pour la discussion, afin de parvenir à des résolutions dans tous les dossiers litigieux.

Je ne peux pas finir mon discours sans exprimer  ma solidarité avec le peuple palestinien,notamment nos familles à  Al Quds, et dénoncer la fermeture de la mosquée Al- Alqsa, tout en espérant que tout ce qui se passe actuellement à Al Qods soit stimulateur de cooperation et non pas de division.

Finalement, je tiens à saluer votre esprit de solidarité, d’abnégation et de civisme, aussi vous féliciter pour votre noblesse et affection, qui règnent sur notre pays, car c’est notre arsenal et notre équipement pour surmonter les grands défis qui nous attendent.

Que la paix soit sur vous ainsi que la miséricorde et la bénédiction de Dieu.

 

All rights reserved, Doha Centre for Media Freedom 2017

Designed and developed by Media Plus Jordan