Le blog des formations à Tripoli: 4 jours, 4 vidéos

 

 

Le blog des formations à Tripoli: 4 jours, 4 vidéos

 

 

Début mai, le centre de Doha pour la liberté des médias et Small World News ont annoncé leur partenariat  afin de dispenser une série de formation en Libye portant sur la couverture vidéo. Les formateurs traversent le pays en caravane pour donner leurs cours.

Brian Conley, le fondateur de Small World News, écrit depuis Tripoli sur ce nouveau genre de « camps d’entrainement».

Small World News vient de terminer la première série de son camps d’entrainement vidéo à travers la Libye. Notre premier arrêt fut Tripoli la capitale. Plusieurs stagiaires travaillent pour des télévisions et des boites de production locales alors que d’autres sont indépendants. Nous avons abordé les fondamentaux du journalisme, du reportage vidéo et de la production vidéo.

Le premier jour nous avons parlé de journalisme citoyen sur les bases de la couverture des élections. Cela nous a conduits à introduire le concept d’une campagne nationale de sensibilisation électorale.   Pour pouvoir réaliser plusieurs vidéos pour la campagne, nous devions avoir un plan clair et organisé. Le personnage central devait idéalement être connu, il communiquerait un enthousiasme envers le processus démocratique tout en reflétant l’expérience des libyens pour mieux incarner les valeurs de la démocratie.

Nous projetions de proposer une formation plus détaillée sur la couverture des élections mais une fois sur place nous avons réalisé que ce n’était pas possible. Produire une campagne vidéos en seulement 3 jours signifiait se concentrer sur les compétences les plus importantes requises en réalisation. Le reportage vidéo semblait être le volet que ces jeunes journalistes libyens devaient retravailler.

En prenant en compte les instructions du journalisme citoyen qui démontre le rôle du journaliste en tant que modeleur du dialogue national, nous poussions les stagiaires à penser comment une interview pourrait avoir cette fonction. Nous avons aussi souligné à quel point il est important de raconter une bonne histoire.

Tout d’abord nous avons demandé aux stagiaires de proposer des personnages attachants : un nettoyeur de poisson, un révolutionnaire, un soldat de l’armée libyenne, une berbère âgée et une jeune fille trop jeune d’un mois pour aller voter. Après cette étape nous avons commencé à nous concentrer  sur la question du rendu visuel. Comment pouvions-nous raconter l’histoire de chaque personnage à travers l’image ?

C’est le concept le plus difficile à enseigner à des réalisateurs de vidéo. Chaque séquence est faite de 5 prises de base. Les stagiaires qui entendent cela pensent qu’avec 5 prises on peut produire un reportage et souvent cette erreur mène à des reportages avec peu de plan d’illustration. Le concept est de créer une série de séquences composées chacune de ces 5 plans de bases. Ces séquences sont ensuite juxtaposées afin de montrer que l’histoire est racontée par la personne interviewée.

Chaque groupe a dû décider comment raconter l’histoire en image. Les discussions sur le sujet ont poussé certains groupes à abandonner leur idée initiale. D’autres groupes ont trouvé que leurs interlocuteurs qui étaient réceptifs au début  sont devenus hésitants devant la caméra, d’autres ont refusé de répondre au téléphone. Cela était une bonne leçon pour tous les stagiaires dans un contexte où il est important d’être flexible mais de respecter les délais.

Nous avons commencé la formation avec 20 stagiaires, à la fin du deuxième jour ils étaient moins de 12, cela est courant en Libye. Les contraintes et habitudes de travail des stagiaires sont parfois instables. Quand les stagiaires sont allés sur le terrain pour filmer ils étaient uniquement 4 groupes de 2 ou 3. Ces groupes ont produit 6 reportages en partie mais terminé uniquement 4 à la fin du stage.

Le point commun entre les stagiaires qui ont terminé leur reportage était leur volonté d’achever leur travail. Le niveau et l’expérience des uns et des autres avec la caméra étaient variés. Deux des 3 télévisions représentées par des stagiaires ont terminé leur reportage, l’autre moitié était réalisée par des journalistes indépendants. Pour la prochaine formation nous allons faire en sorte d’apporter plus de soutien aux personnes les moins expérimentées et aux stagiaires qui manquent de confiance en eux.

D’ici la fin des 3 prochaines semaines et des 4 prochains ateliers, nous souhaitons continuer de varier le contenu des reportages réalisés par les stagiaires. Nous espérons réaliser un plus large éventail de reportage sur les citoyens libyens en incluant les femmes et les musulmans conservateurs par exemple.

En route pour Misrata pour un second atelier.

Le lien vers l’itinéraire du voyage. (http://g.co/maps/w5sck)

 

Le programme pour la mission reportage vidéo en Libye est le suivant :

5-8 mai

Formation à Tripoli

12 mai

Voyage de Tripoli à Misrata

17 mai

Voyage de Misrata à Waddan

18-19 mai

Formation à Waddan

20 mai

Voyage de Waddan à Awbari

21-23 mai

Formation à Awbari

25 mai

Voyage de Awbari à Sebha

Vol de Sebha à Benghazi

26-29 mai

Formation à Benghazi

30 mai

Fin de mission

Suite aux formations, l'une des chaines de télévision nationale a diffusé un reportage sur la formation dispensée dans la ville de Waddan.