Amnesty exhorte le Maroc à relâcher les militants et les journalistes détenus du mouvement de contestation du Rif

Amnesty exhorte le Maroc à relâcher les militants et les journalistes détenus du mouvement de contestation du Rif

Amnesty International exhorte les autorités marocaines à procéder à la libération de dizaines de militants et journalistes ayant pris part au mouvement de contestation dans le Rif.
article image
Hamid El Mahdaoui

Amnesty International a exhorté mardi dernier les autorités marocaines à procéder à la libération de dizaines de militants ayant pris part au mouvement de contestation dans le Rif (nord), dont son leader Nasser Zefzafi.

Parmi les personnes en détention figure le journaliste Hamid El Mahdaoui, poursuivi pour "manquements à son obligation de porter à la connaissance des autorités une tentative de nuire à la sécurité intérieure de l'Etat".

Ledit journaliste avait observé une grève de la faim pendant plusieurs jours avant de la suspendre en raison de santé et en réponse aux appels de ses avocats et de sa famille.

 Reconnu coupable d’"incitation d’individus à commettre des délits par des discours et des cris dans des lieux publics", El Mahdaoui avait été condamné par le tribunal de première instance d’Al Hoceima, en juillet dernier, à trois mois de prison ferme. Cette peine a été alourdie à un an par la cour d’appel de la même ville, quelques semaines plus tard.

 

All rights reserved, Doha Centre for Media Freedom 2017

Designed and developed by Media Plus Jordan