‘’Les Médias et les révolutions Arabes ‘’ thème d'une conférence-débat à Alger

Di, 11/09/2011

Le rôle des médias arabes, dans les événements secouant  certains pays de la région a été évoqué lors d'une conférence-débat, sous le  thème ''Médias et révolutions arabes'', organisée le 01 septembre à Alger au siège de la Ligue algérienne pour la défense des droits de  l'homme (LADDH).

Absence des structures politiques dans les révolutions arabes

Dans son intervention, l'écrivain-journaliste Mustapha Hemici a relevé  que les médias dans le monde arabe ''ont toujours été un prolongement du pouvoir  en place'', signifiant que leur rôle n'a pas été ''déterminant dans ce qui est  appelé les révolutions arabes''. Pour cet écrivain-journaliste, le ''monopole exercé par l'Etat sur les  médias dans les pays arabes a encouragé la prolifération des réseaux sociaux  sur la toile (Internet)'', soulignant que ''les révoltes arabes n'ont pas été  l'œuvre des structures des systèmes politique, comme les partis  politiques ou les organisations issues de la société civile''. Toutefois, il a fait remarquer que les réseaux sociaux ''ne sont pas  la base des révolutions arabes'', bien qu'ils permettent aux différents acteurs  de ''rester en contact et d'échanger des informations''.

Twitter et facebook, des  agences d information

 Hemici, a également relevé que grâce à l'image et à son audience, la télévision  a ''influé'' sur les événements dans le monde arabe mais a-t-il fait observer, les réseaux sociaux comme facebook et twiter ont eu un ''rôle d'agences d'information  gérées par des correspondants anonymes relatant des faits en temps réels et repris,  par recoupements, par les médias traditionnels''. Il a expliqué cet état de fait par la situation que connaissent  certains pays arabes, considérant ''qu'il ne pourrait pas y avoir de liberté  d'expression sans vie politique''.

 De son côté, Redouane Boudjemaa, enseignant à l'institut de journalisme,  s'est attardé sur le concept de ''révolution'', laquelle signifie ''une rupture  au sein d'une société'', a-t-il dit.

  Il a relevé qu'une révolution a besoin d'un guide. Cet enseignant à l'université d'Alger a expliqué que la ''crise de  l'information ne peut pas être dissociée des crises politiques et économiques que connaissent les pays arabes'', soulignant que ''les sociétés les moins libres  sont celles qui sont le moins informées''. 

All rights reserved, Doha Centre for Media Freedom 2013

Designed and developed by Media Plus Jordan